Accident meurtrier d’Adiaké : Pourquoi la Sicta, le ministère des Transports et les forces de l’ordre sont tous coupables

Publié dans Nation
jeudi, 04 janvier 2018 00:00
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La Côte d’Ivoire entière est encore sous le choc suite à l’accident meurtrier qui a fait plus de 10 morts sur  l’axe Eplément–Adiaké, mardi aux environs de 19h. Le gouvernement a dépêché la ministre de Santé et de l’Hygiène publique, Raymonde Goudou Coffie,  la ministre de la Femme, de la Protection de l’enfant et de la Solidarité, Mariatou Koné et le directeur de cabinet du ministère de l’Intérieure et de la Sécurité, Vincent Toh Bi à Adiaké, mercredi, pour apporter compassion aux populations endeuillées par le tragique accident survenu sur l’axe Eplément–Adiaké. La cellule SIS (Spécialiste en Intervention Subaquatique) était également à pied d'œuvre pour retrouver d’éventuels survivants.

Au-delà de la compassion du gouvernement et des populations, ce énième accident que l’on pourrait qualifier de drame national à l’ouverture de l’année 2018 appelle à des réflexions profondes afin que pareil drame ne se reproduise. En effet, quel était l’état du véhicule par qui le drame est arrivé ? Etait-il autorisé à transporter des passagers ? Les forces de l’ordre ont-elles réellement fait leur travail de contrôle  du véhicule et de ses occupants (On parle de surcharge) ? Quelle est la signalisation routière (panneaux de signalisation) sur cet acte ?

Les réponses à ces questions impliquent forcement la responsabilité pleine et entière de la  Société ivoirienne de contrôles techniques automobiles et industriels (Sicta), organisme chargé du contrôle technique des véhicules.En effet, de nombreux Ivoiriens ne cessent de dénoncer les conditions dans lesquelles de nombreux véhicules obtiennent leurs certificats de visite technique. De nombreux services de la Sicta à travers le pays sont devenus des hauts lieux de corruption. Des conducteurs soudoient des contrôleurs Sicta afin qu’ils ferment les yeux sur les défaillances techniques de leurs véhicules. Et les conséquences sont les nombreux morts sur les routes. Autre corps dont la responsabilité est engagée, reste celui des éléments des forces de l’ordre sur les routes.

Ont-ils fait leur travail de contrôle sur les routes avec la rigueur qui s’impose ?  Aujourd’hui sur les routes, on rencontre des véhicules d’un âge assez révélateur du danger encouru par les passagers comme ceux communément appelés ‘’Bouda Bouda’’ ou encore ‘’cars humanitaires’’. Enfin le drame d’Adiaké doit réveiller le ministère des Transports quant au phénomène de la délinquance routière.  Depuis, le constat est que  le ministre Amadou Koné et ses services peinent à faire à mettre en place une campagne de sécurité routière à même de dissuader les délinquants routiers. Aujourd’hui, il y a urgence que la Sicta, le ministère des Transports et les forces de l’ordre fassent chacun, le travail qui est le leur afin que le drame d’Adiaké ne se reproduise plus. Ce tragique accident de la circulation faut-il le rappeler a fait 14 morts, autant de blessés et des disparus. Le véhicule de la compagnie UTS de 32 places  revenait de Mauricekro avec à son bord des jeunes qui y avaient fêté le Nouvel an.

Une fois dans le village, indiquent nos sources, le chauffeur a fait monter tous les passagers qui s’y trouvaient mettant ainsi le véhicule en situation de surcharge. Sur le chemin du retour, après avoir parcouru près de deux kilomètres, le chauffeur négocie  mal un virage qui débouchait sur un pont de fortune fait de bois simples. Le véhicule  plonge dans la rivière Toumanguié et se renverse, les  quatre roues en l’air. 

 

A.TRAORE

Lu 2042 fois Dernière modification le jeudi, 04 janvier 2018 17:00
Connectez-vous pour commenter

Trafic Routier

Trafic Routier : Amis automobilistes, pour cette reprise, Koumassi est la zone la plus embouteillée d'Abidjan-Sud.
mardi 2 mai 2017 13:54

Amis automobilistes, pour cette reprise, Koumassi est la zone la plus embouteillée d'Abidjan-Sud. A éviter la zone du Camp commando qui...

Sur les Réseaux Sociaux

Nous Contacter

Address: 08 BP 3809 Abidjan 08

Tel: +(225) 22 44 10 32

Fax: +(225) 22 44 10 34

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Web: http://www.lesursaut.ci