Affaire maritime/Les marins marchands en colère : « Il y a trop de magouilles et de corruption au port d’Abidjan »

Publié dans Politique
lundi, 02 octobre 2017 00:00
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les marins marchands de Côte d’ivoire ont décidé de se regrouper en collectif afin de lutter pour la résolution des différents problèmes d’insertion socio professionnelles et d’accès au périmètre portuaire qu’ils rencontrent. Samedi 30 octobre, ils se sont retrouvés en assemblée générale à  Agnonkou km

17 sur la route de Dabou pour mettre en place un instrument de lutte dénommé Collectif de la nouvelle génération de la marine marchande de Côte d’ivoire. «  Cette  rencontre a pour objectif d’informer les marins de la création d’un collectif des marins marchands de Côte d’Ivoire, de dire aux marins que ce collectif a été mis en place pour faire barrage à toutes les corruptions qu’on déplore dans le secteur maritime.

Le combat premier de ce collectif est de faciliter l’obtention des livrets maritimes, de faciliter l’accès journalier  des marins marchands au Port. Sans oublier de lutter pour que la loi maritime soit respectée sur toute l’étendue du territoire comme dans les autre pays de la sous-région, voire du monde et d’échanger sur les problèmes que rencontrent les marins »,  a expliqué au terme de la rencontre le capitaine Bayard  Demess Paulin. A l’occasion, les marins marchands de Côte d’Ivoire ont fait un tour d’horizon des differents problèmes qu’ils rencontrent. « Le quotidien des marins marchands est difficile. On assiste à une désorganisation et une escroquerie de l’administration maritime à notre égard. Les marins marchands rencontrent tous les problèmes pour avoir accès au port. Il y a également un sérieux problème de conformité des cartes professionnelle (jokers) des marins marchands. A cela, il faut ajouter le chômage en notre sein, le manque de formation et le non-respect de la loi sur les salaires, les conditions de travail dans le secteur maritime », explique le capitaine Bayard. A sa suite l’ensemble des marins marchands présents ont exprimé leur ras-le-bol. « On nous empêche de rentrer au  port, d’avoir accès aux plateformes. Nous subissons  trop d’abus .On a pas de repos, nos droits sont pas respectés.

Nous sommes pointés 12000 FCFA par jour. Les conditions de travail ne sont pas respectées. Il y a une grande magouille organisée au port », ont-ils déploré. Selon eux, pour trouver des solutions  à leurs problèmes il faut créer une carte professionnelle unique ne dépendant pas de syndicat, faire respecter le code maritime  afin que le marin se sente mieux dans son travail, éradiquer toutes sortes d’escroquerie organisée afin de faciliter les embarcations et les débarquements des marins, d’une part. Et de l’autre former les marins pour les mettre au parfum de l’actualité afin de les rendre plus compétitifs au plan international. Sans oublier la nécessité de mettre un livret provisoire à la disposition des marins n’ayant pas encore embarqué. Pour les marins marchands, il faut respecter les termes de l’ordonnance 2012-369 du 16 avril 2012 signée par le chef de l’Etat portant code Pétrolier. En effet, selon eux, l’article 53 nouveau de ladite ordonnance stipule que ‘’le titulaire d’un contrat pétrolier ainsi que ses sous-traitants doivent employer en priorité du personnel de nationalité ivoirienne qualifié pour les nécessités de leurs opérations’’.

A cet effet les marins mettent en exergue le courrier N003 du 04 janvier 2012 de la Direction des Hydrocarbures adressé aux directeurs généraux des entreprises pétrolières opérant en Côte d’Ivoire sur la nécessité d’employer en premier lieu les Ivoiriens. Et ce face au taux faible de l’emploi de la main d’œuvre locale dans le cadre des opérations pétrolières. « La réalité est toute autre sur le terrain. Les marins ne savent pas où s’orienter. On doit  payer pour qu’on nous embarque sur les navires. Chaque fois on nous dit qu’il n’y a pas de place à l’intérieur des bateaux, pourtant nous savons quels bateaux rentrent et sortent du port. Nous  pensons que chaque navire qui rentre doit avoir des informations selon lesquelles il faut employer d’abord les Ivoiriens », indiquent des marins qui entendent désormais donner de la voix à travers le Collectif de la nouvelle génération de la marine marchande de Côte d’ivoire.

port1

 

port2Abou TRAORE

Lu 291 fois
Connectez-vous pour commenter

Trafic Routier

Trafic Routier : Amis automobilistes, pour cette reprise, Koumassi est la zone la plus embouteillée d'Abidjan-Sud.
mardi 2 mai 2017 13:54

Amis automobilistes, pour cette reprise, Koumassi est la zone la plus embouteillée d'Abidjan-Sud. A éviter la zone du Camp commando qui...

Sur les Réseaux Sociaux

Nous Contacter

Address: 08 BP 3809 Abidjan 08

Tel: +(225) 22 44 10 32

Fax: +(225) 22 44 10 34

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Web: http://www.lesursaut.ci