CPI/Quatrième jour du témoignage de l’ex-Cma Mangou dédouane les Forces de défense et de sécurité (Fds) dans la tuerie des sept femmes à Abobo

Publié dans Politique
jeudi, 28 septembre 2017 00:00
Évaluer cet élément
(0 Votes)

A l’acte 4 de son témoignage, le général Philippe Mangou dénonce de faux documents produits par le procureur dans l’affaire ‘‘Le procureur contre Laurent Gbagbo et Blé Goudé’’. Toute chose qui porte de l’eau au moulin de détracteurs du  procès à la Cour pénale internationale (Cpi)

contre l’ex chef de l’Etat. Voulant savoir si l’ex-chef d’état-major de l’armée ivoirienne était présent à la résidence du chef de l’Etat la veille de la marche du 16 décembre sur la Rti visant à installer un nouveau directeur, le procureur a sorti un supposé registre de visite à la résidence du chef de l’Etat dans lequel est inscrit le nom du général de corps d’armée. Document qui, le ‘’témoin très important’’ du procès, n’a aucune valeur juridique. « Ce document pose problème. En justice, on ne devrait pas présenter un tel document. Un cahier d’événements n’est pris en compte que lorsque le chef y a apposé sa signature et non quand on voit des éléments qui montent et qui descendent.

Quand vous regardez le document, le chef de groupe n’y a pas apposé sa signature, le commandant du Gspr n’y a pas apposé sa signature. Ce sont des documents qui sortent de la boue avec la boue. N’importe qui peut confectionner un tel document. Quelle valeur juridique revêt ce document ? », a-t-il condamné. Au cours de cette journée, l’actuel ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Gabon, a également dédouané les Forces de défense et de sécurité (Fds) dans ce qui est convenu d’appeler ‘’l’affaire des sept femmes tuées à Abobo’’. Après avoir condamné cet acte, le général a démontré que ses éléments n’ont pas pris part à cette boucherie lors d'une marche le 3 mars 2011 à Abobo. «Les faits se sont produits le 3 mars. J'ai été informé que des femmes ont été tuées lors de la marche d'Abobo.

J'ai demandé au commandant Déto Letho de mener des investigations pour m'en faire un compte rendu. Suite à une enquête interne, nos hommes n'ont pas effectué de tirs sur les femmes. J'ai eu le temps de voir la scène à la maison au journal de 20h", a-t-il indiqué. Et d’être plus précis : « Nos hommes n'étaient pas impliqués. Ils étaient au camp commando. Ce qui s'est passé avec les femmes, ce n'était pas nos hommes…»

 

V.K.

Lu 243 fois
Connectez-vous pour commenter

Trafic Routier

Trafic Routier : Amis automobilistes, pour cette reprise, Koumassi est la zone la plus embouteillée d'Abidjan-Sud.
mardi 2 mai 2017 13:54

Amis automobilistes, pour cette reprise, Koumassi est la zone la plus embouteillée d'Abidjan-Sud. A éviter la zone du Camp commando qui...

Sur les Réseaux Sociaux

Nous Contacter

Address: 08 BP 3809 Abidjan 08

Tel: +(225) 22 44 10 32

Fax: +(225) 22 44 10 34

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Web: http://www.lesursaut.ci