Inscription en ligne et frais anarchiques dans les écoles : Ces questions auxquelles Kandia Camara n’arrive pas à donner de réponses

Publié dans Politique
vendredi, 22 septembre 2017 00:00
Évaluer cet élément
(1 Vote)

« Nous invitons la ministre de l’Education nationale à s’expliquer devant la nation sur l’inscription en ligne et la finalité des moyens qu’elle nous impose. A quoi sert cet argent ? Où va-t-il ? » Ces questions posées par le Collectif des parents d’élèves et d’étudiants de Côte d’ivoire depuis une semaine à la ministre de l’Education nationale sont restées sans réponses.

« Nous parents d’élèves de toutes les couches sociales ivoiriennes réunis au sein du Copeeci ; condamnons les inscriptions anarchiques instaurées par les Coges en violation flagrante de la constitution ivoirienne ; dénonçons cette forme de parafiscalité dont les victimes sont les parents d’élèves déjà essoufflés par la crise financière qui frappe tous les ménages ivoiriens, invitons la ministre de l’Education nationale à s’expliquer devant la nation sur l’inscription en ligne et la finalité des moyens qu’elle nous impose. A quoi sert cet argent ? Où va-t-il ? Invitons la ministre à fixer un montant unique sur toute l’étendue du territoire nationale pour les inscriptions dites physiques avec obligation des Coges de rendre public un bilan en fin d’année », avait dénoncé dans une déclaration le Collectif des parents d’élèves et d’étudiants de Côte d’Ivoire (Copeeci). Ces questions des parents d’élèves ont tout leur sens d’autant qu’un véritable flou entoure la gestion de ces fonds depuis leur instauration en 2012. Quelle loi institue l’instauration en ligne ? Qui a autorisé ces opérations  d’autant que d’ordinaire l’orthodoxie financière et comptable précise que la collecte de fonds est l’affaire des administrateurs assermentés.

Autrefois, ce rôle dans les écoles était dévolu aux Economes qui justifiaient ces fonds auprès des structures de l’Etat. Mais depuis 2012, date de l’instauration de l’inscription en ligne, c’est un véritable flou qui entoure la gestion des fonds générés par cette trouvaille qui selon les initiateurs était gage de bonne gouvernance à l’école. Le président de Lider (Liberté et Démocratie pour la République), Pr Mamadou Koulibaly, pousse la réflexion plus loin la question de l’inscription en ligne et les frais qui paralysent l’ensemble des établissements (primaires, secondaires et universitaires). « Lider s’interroge sur l’usage fait des frais d’inscription en ligne collectés et demande au gouvernement de clarifier l’affectation de ces fonds, dans un pays où l’école est supposée être gratuite. À quoi servent les budgets des ministères de la Santé et de la Solidarité, si c’est dans les poches des parents d’élèves que l’argent pour les malades de la lèpre et du sida est prélevé ? », avait questionné le président Mamadou Koulibaly et de faire le procès de l’Administration Ouattara.

« Le gouvernement Ouattara, qui prétend que l’école est gratuite en Côte d’Ivoire, a instauré des inscriptions payantes en ligne (3.000 Fcfa pour le privé et 6.000 Fcfa pour le public). À la surprise de certains parents, élèves et étudiants, les écoles réclament, en sus, le paiement de «frais d’inscription physique» complémentaires, encaissés par le Coges (Conseil de gestion des établissements scolaires dont les parents font partie) qui peuvent aller jusqu’à 25.000 Fcfa selon les établissements, pour entre autres : cotisation exceptionnelle, tenue d’éducation physique, enveloppe de la poste, carnet de correspondance, pédagogie, tableaux et salle de profs, timbre pour les malades de la lèpre, timbre de solidarité Sida etc.
Lider partage le choc des populations et condamne fermement la sauvagerie des forces de l’ordre et le traitement brutal et inhumain qu’elles ont infligé aux élèves mercredi 13 septembre 2017 », a diagnostiqué l’homme politique… Les points culminants des revendications de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) sont les suivants : la restauration de la session de remplacement pour les examens à grand tirage; la suppression des frais annexes exorbitants dans les lycées et collèges et même dans nos établissements primaires.

Abou TRAORE

Lu 2032 fois
Connectez-vous pour commenter

Trafic Routier

Trafic Routier : Amis automobilistes, pour cette reprise, Koumassi est la zone la plus embouteillée d'Abidjan-Sud.
mardi 2 mai 2017 13:54

Amis automobilistes, pour cette reprise, Koumassi est la zone la plus embouteillée d'Abidjan-Sud. A éviter la zone du Camp commando qui...

Sur les Réseaux Sociaux

Nous Contacter

Address: 08 BP 3809 Abidjan 08

Tel: +(225) 22 44 10 32

Fax: +(225) 22 44 10 34

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Web: http://www.lesursaut.ci