Descente musclée des policiers sur la Cité Mermoz Cocody : Télévisions, ordinateurs… produits cosmétiques des étudiants volés

Publié dans Politique
mercredi, 20 septembre 2017 00:00
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Mardi, il est 9h30 quand nous arrivons à la cité Mermoz, côté petit portail. A l’entrée, deux agents de la police universitaire. A  l’intérieur, nous sommes accueillis pas des habits entassés sur les séchoirs au bas du bâtiment C. Sur la pelouse, une kyrielle de douilles de bombes lacrymogènes qui situent sur le calvaire vécu la veille par les résidents.

La résidence universitaire, d’ordinaire bouillante et vivante, ressemble à une cité morte. Elle est plongée dans un silence de cimetière, par moments, troublé par des bruits de marteau. A cette heure, il n’y avait de vie que quelques étudiants et étudiantes qui s’affairaient à réparer les portes, à mettre de l’ordre dans leurs chambres et sauver ce qui pouvait l’être encore.

Après l’inventaire, le bilan est déplorable. Télévisions, paires de chaussures, ordinateurs, téléphones portables, produits cosmétiques ont été emportés. Le ridicule, les réfrigérateurs ont été vidés de leurs contenus. « J’ai laissé la nourriture au frais, mais voyez, ils ont mangé et bu le jus qui y était après avoir cassé la porte », nous dit une étudiante encore terrifiée, cheveux en bataille, au Bâtiment C. Au Bâtiment E, les occupants d’une chambre au premier étage n’ont pas connu meilleur sort. « Je suis en master II et je dois soutenir dans peu de temps. Mon mémoire était stocké dans mon ordinateur, mais il a été emporté. J’ai perdu mon année parce que je ne pourrai pas soutenir », nous dit-il presque en sanglots.

Son voisin d’en face lui emboite le pas. « Je suis en Sciences médicales. Ils arrivent, cassent la porte, vous trouvent en pagne, mais vous frappent sous prétexte que vous les avez lapidés. Comment comprendre cela ? C’est tout simplement insensé », explique-t-il. Un autre de révéler : « Certains de nos camarades ont eu des côtes brisées et d’autres ont été emmenés avec eux. Jusqu’à présent, nous n’avons aucune nouvelle d’eux». Selon un membre de la Fesci qui a requis l’anonymat, environ une centaine de chambres ont eu leurs portes fracturées. «Les policiers qui ont fait cette descente ici sont des voleurs. Leur mission était-elle d’empêcher la marche ou de venir piller nos chambres ? », peste-t-il. Qui a commis ces vols ? Bien malin qui pourra y répondre. C’est pourquoi ils demandent que la lumière soit faite sur ce pillage. En attendant, le constat est là, aussi affreux que révoltant.

 

Vital KOUAMÉ

Lu 149 fois
Connectez-vous pour commenter

Trafic Routier

Trafic Routier : Amis automobilistes, pour cette reprise, Koumassi est la zone la plus embouteillée d'Abidjan-Sud.
mardi 2 mai 2017 13:54

Amis automobilistes, pour cette reprise, Koumassi est la zone la plus embouteillée d'Abidjan-Sud. A éviter la zone du Camp commando qui...

Sur les Réseaux Sociaux

Nous Contacter

Address: 08 BP 3809 Abidjan 08

Tel: +(225) 22 44 10 32

Fax: +(225) 22 44 10 34

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Web: http://www.lesursaut.ci